This post was originally published on this site
https://assets.letemps.ch/sites/default/files/styles/share/public/media/2020/02/14/file79ab2r14qbk1hbhoklm0.jpg.jpeg?itok=iwhsrXrS

«On arrive, en Chine, à construire un hôpital en dix jours, ici, il nous faut des années pour mettre sur pied une loi sur le CO2. Face à l’urgence climatique, la démocratie est impuissante. Il faut passer par des interdictions drastiques imposées par l’Etat.» Voici le discours à tendance autoritaire que l’on entendait dimanche, jour d’élection en terres vaudoises, dans le salon de fortune des activistes du climat, candidats malheureux au gouvernement cantonal.

Leur représentante tirée au sort, Juliette Vernier, 19 ans, récoltait 23% des voix et, à 38 votes près, remportait la ville de Lausanne. En trois mois, les activistes du climat ont remis en question trois piliers de notre démocratie, questionnant la compatibilité d’un système où la souveraineté est populaire avec leur attente, urgente, d’un changement de politique climatique.

Lire aussi l’opinion: Les politiques actuelles nous conduiront à un réchauffement de 4 ou 5 °C

Les médias, la justice et les institutions

Il y a d’abord eu la Charte médias, en décembre, édictée par le mouvement Grève du climat, candidat à l’élection complémentaire au gouvernement vaudois, en totale contradiction avec les règles, usages et éthique en vigueur dans le métier de journaliste. Mais après que la charte a été jugée «attentatoire à la liberté de la presse» par le syndicat Impressum et Reporters sans frontières, qu’un journaliste de la RTS a dénoncé ces «dictateurs en herbe», les militants du climat y ont reconnu des maladresses.

Il y a eu ensuite – l’affaire est inédite – un juge qui, en janvier, reconnaît à des manifestants le droit de désobéir à la loi pour des motifs politiques jugés plus importants. Les activistes qui avaient occupé Crédit Suisse sont acquittés par le Tribunal de police de Lausanne. Dès le lendemain, le parquet vaudois saisit la Cour d’appel pour faire recours. Le jugement est irresponsable, dit-on, il ouvre une brèche à de futures actions de désobéissance civile. Il viole surtout la séparation des pouvoirs, principe sans lequel il n’y a pas de démocratie.

Lire aussi notre éditorial: Démocratie et réchauffement, le vertige

Les activistes du climat, avec leur candidature collective et dépersonnalisée, remettent enfin en question les institutions politiques. «Nous voulons dépasser la politique représentativiste pseudo-démocratique actuelle. La politique doit être une affaire collective, et non individuelle», inscrivent-ils dans leurs statuts. Si Juliette Vernier est élue, le principe de collégialité ne sera pas respecté.

Lire également l’opinion: Justice pour le climat

Assemblées citoyennes et désobéissance civile

Ces différents appels à contourner les institutions démocratiques, quels buts visent-ils? Attaquer le fonctionnement même des institutions, ou plutôt certaines lois qu’elles soutiennent?

«Le temps politique est trop long, et les jeunes qui seront impactés par le réchauffement climatique n’ont pas voix au chapitre. Il faut donc inventer d’autres moyens d’avancer, tels que les assemblées citoyennes», avance Stéphane, d’Extinction Rebellion. Il parle d’expériences démocratiques: «En Irlande, de tels groupes se sont réunis autour des thèmes de l’avortement et du mariage homosexuel, et ont proposé des lois qui ont été votées», rappelle-t-il à titre d’exemple.

Lire encore l’opinion: Lutte contre l’homo-, la bi- et la transphobie: un engagement à intensifier

«Une frustration»

Adèle Thorens, conseillère aux Etats verte, comprend cette génération, «on leur vole leur avenir, dit-elle, il est sain qu’ils fassent entendre leur voix». «Leurs actions de désobéissance civile – si elles restent pacifistes et proportionnées – peuvent nous soutenir, nous politiciens, dans notre travail d’élaboration de compromis. Elles créent une pression très forte, et nous n’aurions pas eu les résultats des dernières élections fédérales si ces jeunes n’avaient pas été dans la rue.»

La politicienne vaudoise leur concède que le rythme démocratique engendre, même chez elle, «une frustration, voire de la colère», lorsqu’il s’agit de sujets «aussi urgents que le climat». «Mais il n’y a pas d’autre système politique défendable que la démocratie, et elle a aussi permis des avancées environnementales: l’agriculture sans OGM en Suisse, la protection des milieux naturels humides, la réduction du trafic à travers les Alpes sont des décisions qui sont nées d’initiatives populaires.»

Lire encore l’opinion: Urgence climatique et nécessité démocratique

Le temps du changement

La démocratie est-elle vouée à la lenteur? Le politologue René Knüsel liste quelques interventions rapides de la Confédération à travers le temps. «En 1956, la crise du canal de Suez sur fond de guerre froide inquiète la Suisse pour ses réserves de pétrole. Le Conseil fédéral décrète l’interdiction nationale de prendre la voiture durant quatre dimanches consécutifs. Lors de la crise des subprimes, des décisions extrêmement rapides ont été prises dans un cercle très restreint autour du Conseil fédéral, sans passer par le peuple.» La question est davantage de savoir si les Suisses sont convaincus par l’urgence du problème. Un sondage de l’institut gfs.bern révèle que, en 2019, les citoyens ne placent le climat qu’à la quatrième place de leurs préoccupations. «La politique, c’est aussi l’art de prioriser les problèmes. Si les élus sont convaincus, on peut aller très vite. En l’occurrence, il nous manque une majorité acquise à l’urgence climatique.»

Le changement passera donc moins par une modification de régime que de mentalité. Le soir de son élection au gouvernement vaudois, la PLR Christelle Luisier, qu’on ne peut pourtant pas qualifier d’écolo, promettait de prendre le problème environnemental au sérieux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here