This post was originally published on this site
https://www.ulyces.co/wp-content/uploads/2020/01/hydrogen-bomb-63146_1280-1024x765.jpg

par   Adrien Gingold   | 14 janvier 2020

La tempé­ra­ture des océans du monde augmente désor­mais au même rythme que si cinq bombes atomiques d’Hi­ro­shima étaient larguées dans l’eau chaque seconde, affirme une équipe de scien­ti­fiques aux propos relayés par CNN lundi 13 janvier.

Leur nouvelle étude, publiée lundi dans la revue Advances in Atmos­phe­ric Sciences, démontre la vitesse déli­rante à laquelle se réchauffent les océans, ces derniers absor­bant près de 90 % de l’éner­gie du chan­ge­ment clima­tique. L’équipe inter­na­tio­nale de 14 scien­ti­fiques a examiné des données remon­tant aux années 1950, exami­nant les tempé­ra­tures de la surface de l’océan jusqu’à 2 000 mètres de profon­deur.

Et la conclu­sion de Kevin Tren­berth, éminent scien­ti­fique prin­ci­pal de la section d’ana­lyse clima­tique du Natio­nal Center for Atmos­phe­ric Research, est sans appel : « La tendance à la hausse est impla­cable, et nous pouvons donc affir­mer avec certi­tude que la majeure partie du réchauf­fe­ment est due au chan­ge­ment clima­tique d’ori­gine humaine. » En effet, si les océans se réchauffent régu­liè­re­ment depuis les années 1950, le réchauf­fe­ment s’est accé­léré rapi­de­ment ces dernières décen­nies. Entre 1987 et 2019, il a été 450 % supé­rieur aux trente années précé­dentes.

Pour donner un ordre d’idée, Lijing Cheng, auteur prin­ci­pal de l’étude et profes­seur agrégé au Centre inter­na­tio­nal des sciences du climat et de l’en­vi­ron­ne­ment de l’Aca­dé­mie chinoise des sciences, fait une compa­rai­son choquante : « La bombe atomique d’Hi­ro­shima a explosé avec une éner­gie d’en­vi­ron 63 000 000 000 000 joules. Selon mes calculs, au cours des 25 dernières années, nous avons soumis les océans du monde à l’équi­valent de 3,6 milliards d’ex­plo­sions de bombes atomiques à Hiro­shima. » Ce qui équi­vaut à larguer quatre bombes par seconde au cours du dernier quart de siècle. Mais comme le réchauf­fe­ment clima­tique s’est accé­léré, « nous en sommes doré­na­vant à plus de cinq bombes par seconde », déplore John Abra­ham, coau­teur de l’étude et profes­seur de génie méca­nique à l’uni­ver­sité de St. Thomas, dans le Minne­sota.

Espé­rons que la nouvelle fasse l’ef­fet d’une bombe.

Source : CNN

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here