This post was originally published on this site
https://global.unitednations.entermediadb.net/assets/mediadb/services/module/asset/downloads/preset/Libraries/Production Library/11-01-2019_SG-Green-Cities_1LFC2662.jpg/image770x420cropped.jpg

La ville de Lisbonne a été désignée capitale verte de l’Europe de l’année 2020 par la Commission européenne.

Pour autant, M. Guterres estime que l’homme ne détruit pas la planète qui, elle, « continuera à tourner autour du soleil pendant des millions d’années ». Le problème est que « l’humanité se détruit elle-même ainsi que sa possibilité de pouvoir vivre sur la planète ».

L’année qui marque un tournant

Pour le chef de l’ONU, 2020 pourrait être l’année où la lutte contre les changements climatiques sera plus efficace. Il a identifié trois opportunités pour briser le « cycle de la guerre que nous menons contre la nature » :

  • La Conférence des États membres à la Convention sur la diversité biologique
  • La Conférence sur les océans, qui se tiendra à Lisbonne en juin
  • La COP26, « qui permettra aux pays de s’engager à travers des mesures concrètes pour lutter contre les changements climatiques ».

M. Guterres a souligné que tous ces grands événements auront lieu à un moment où trois batailles se perdent : la bataille de la biodiversité, où un million d’espèces sont en voies de disparition, la bataille pour la dégradation des océans, avec une pollution croissante, notamment du plastique, et finalement, la bataille pour faire de l’Accord de Paris un outil efficace pour lutter contre le changement climatique.

Le Secrétaire général a également rappelé que les émissions mondiales de gaz à effet de serre augmentent, et qu’avec la hausse des températures « les incidents dans le monde entier aux graves conséquences, comme les catastrophes naturelles » risque de se multiplier.

La fin des énergies fossiles

Le chef de l’ONU s’est montré optimiste parce que la communauté internationale sait exactement ce qu’il faut faire : « Nous ne pouvons pas laisser les températures augmenter de plus de 1,5°C d’ici la fin du siècle, la neutralité carbone doit être atteinte d’ici 2050 et cela nécessite une réduction drastique des émissions dans les prochaines décennies ».

Des technologies alternatives existent et, selon lui, il n’y a « aucune raison de continuer à insister sur les combustibles fossiles ».

António Guterres a également souligné qu’un autre facteur d’espoir est la mobilisation croissante des jeunes qui exige « une volonté politique pour conduire ces transformations ».

NOTE:

Cet article a été publié à l’origine par UNRIC – le Centre régional d’information des Nations Unies pour l’Europe occidental à Bruxelles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here