This post was originally published on this site
https://www.forbes.fr/wp-content/uploads/2019/12/climate-change-404x280.jpg

L’agriculture est à la pointe de la science et de la technologie. À l’AgTech Summit, organisé par Forbes en 2019, qui a eu lieu le 18 et 19 septembre à Indianapolis, des leaders de l’industrie agricole ont débattu sur les innovations agricoles développées afin de résoudre certaines problématiques telles que la changement climatique et l’âge moyen élevé de la main d’œuvre. Selon les experts, voici les facteurs qui pourraient impacter l’approvisionnement alimentaire à l’avenir.

On estime qu’un tiers des émissions humaines de gaz à effet de serre, provient de l’agriculture. Les exploitations agricoles ont le pouvoir d’inverser la tendance en modifiant leurs pratiques. Il s’agit notamment de planter davantage de cultures de couverture comme les graminées et la rotation des cultures, et d’utiliser des engrais organiques tels que le fumier, plutôt que des engrais chimiques.

Tous ces changements contribuent à l’assainissement des sols et à la capacité des terres agricoles de réduire les émissions de carbone dans l’atmosphère, et permettent de contrebalancer les tendances du réchauffement planétaire. Lors d’une table ronde autour de l’agriculture régénératrice à l’AgTech Summit de Forbes, Jay Watson, qui travaille pour le développement durable chez le producteur alimentaire General Mills, a décrit cette pratique comme une « agriculture qui protège mais qui améliore également naturellement » les ressources.

Les microbes jouent un rôle crucial dans l’agriculture. Les bonnes bactéries peuvent aider à la croissance de la plante, tandis que les mauvais champignons peuvent détruire les cultures. Certaines entreprises créent des microbes pour à la fois protéger les plantes et améliorer leur croissance. « Les produits microbiens représentent une véritable renaissance », a déclaré Brynne Stanton, cofondatrice de Joyn Bio, lors d’une table ronde sur les microbes, au sommet.

La coentreprise entre la société de biologie synthétique Ginko Biowrks et le géant pharmaceutique Bayer, vise à réduire l’utilisation d’engrais de synthèse par l’ingénierie génétique de microbes afin de fournir plus de nutriments aux cultures. « Il s’agit vraiment/principalement d’aller au bout de l’idée et s’inspirer de la nature pour offrir des options supplémentaires aux producteurs », déclare Brynne Stanton. Bien qu’ils n’aient pas été testés sur le terrain, l’un des microbes sur lequel travaillent les scientifiques de Joyn, produit un biofilm pour stimuler la croissance des plantes, protéger les racines contre les insectes nuisibles et aider les plantes à absorber les nutriments présents dans le sol.

Au milieu des inquiétudes relatives à l’alimentation et au changement climatique, les viandes à base de plantes semblent être une alternative attrayante aux saucisses et hamburgers traditionnels. C’est un terrain glissant sur lequel se sont lancées deux nouvelles entreprises : Impossible Foods et Beyond Meat.

Des entreprises plus anciennes jouent également le jeu, dans l’espoir de séduire une nouvelle population. Take Smithfield Foods, une entreprise connue pour sa production de viande porcine, a récemment annoncé sa nouvelle gamme de produits à base de soja, notamment des hamburgers, saucisses, boulettes de viande et de la viande hachée. « Nous avons réalisé que nous devions faire partie du mouvement », a confié Joe Weber, qui gère la croissance de la société, lors d’une table ronde sur le soja au sommet de Forbes.

Les maladies du bétail représentent un vrai cauchemar pour les éleveurs et les agriculteurs puisqu’elles peuvent se propager à vitesse grand V, tuer des millions d’animaux chaque année et pour les traiter et stopper leur propagation, il faut dépenser une fortune. Plusieurs startups abordent le problème avec diverses solutions. Swinetech par exemple, se concentre sur un comportement destructeur chez les porcs, au lieu de se concentrer sur la maladie. La société utilise des capteurs pour détecter le moment où les truies mettent trop de poids sur leurs porcelets, pendant leur sommeil ou un repas par exemple. Lorsque le porcelet couine, un patch placé sur le profil de la mère vibre et lui signale ainsi qu’elle doit se lever.

Advanced Animal Diagnostics (AAD), une autre startup, permet aux agriculteurs de détecter facilement les maladies infectieuses chez les animaux, avec quelques goutes de sang ou de matières fécales. Une détection anticipée de la maladie permet aux agriculteurs de réaliser des économies, en empêchant d’autres animaux de tomber malades et en préservant l’utilisation d’antibiotiques, a déclaré Joy Drach, présidente et chef de direction d’AAD. « Notre objectif est d’assurer la prévention dont l’industrie du bétail a besoin aujourd’hui », a-t-elle déclaré lors de son speech au sommet du THRIVE Midwest Challenge.

L’histoire de l’agriculture aux Etats-Unis est riche, mais il n’y a actuellement qu’environ deux millions d’exploitations aux Etats-Unis, et l’âge moyen des agriculteurs américains est de 58 ans. Dans le but d’aider davantage les jeunes à se lancer dans l’agriculture, les experts se concentrent sur des thématiques telles que l’urbanisation et la technologie.

Jennifer Sirangelo, présidente et chef de direction du conseil national des 4-H, a déclaré que les programmes agricoles devaient être appliqués dans les villes en plus des zones rurales traditionnelles. « Nous devons amener l’agriculture là où sont les gens », a-t-elle déclaré lors du sommet, citant plusieurs programmes du mouvement 4-H, à New York.

Au-delà de son objectif d’atteindre une population plus jeune, une poussée en faveur de l’urbanisation contribue également à favoriser davantage de diversité. En mettant l’accent sur le fait que l’agriculture utilise de plus en plus la technologie, elle élargit également son attrait. Les emplois dans le secteur de l’agriculture comprennent aussi des postes dans les domaines du développement de logiciels, de l’ingénierie, du marketing et de nombreux autres types de parcours professionnels. « Les jeunes, en plus d’utiliser les technologies, aident à les concevoir», a affirmé Jennifa Sirangelo.

<<< À lire également: Farm4Trade: un moteur pour améliorer la productivité agricole et bien plus encore. >>>

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here