This post was originally published on this site
https://www.francetvinfo.fr/image/75no4m9fb-cf1d/500/281/20428373.png
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Les droits de la nature, c’est un ensemble de règles qui visent à reconnaître des écosystèmes comme des forêts, des rivières ou des glaciers, sujets de droit.”

Selon le juriste en droit international, les problèmes que nous connaissons aujourd’hui comme le changement climatique ou la mise en péril de la biodiversité sont les copnséquences d’une inadaptation de nos règles aux règles du vivant. L’être humain est présent sur Terre depuis 200 000 ans et la Terre existe depuis 4,5 milliards d’années. Mais Nicolas Blain pointe que, depuis quelques années, “l’être humain a créé ses propres règles et ses propres lois avec du court-termisme, avec des échanges à n’en plus finir à travers le monde avec également une linéarité et une finitude des processus économiques.”

Ainsi, pour protéger la nature, il est nécessaire de la reconnaître comme une personne juridique. “On leur reconnaît des droits à vivre, à se régénérer, à prospérer et à ne pas être pollués“, explique le juriste. Aujourd’hui, les droits de la nature sont appliqués dans plusieurs pays comme l’Équateur, en 2008, qui a reconnu “les droits à la Terre mère, les droits de la “Pachamama”, à vivre, à exister et à prospérer“. La Bolivie a fait la même chose en 2010. Aussi, en Inde, il existe des tribunaux qui reconnaissent des droits à des rivières ou encore à des glaciers.

Nicolas Blain met en exergue deux systèmes : un système de tutelle où on va nommer des gardiens qui vont être la face de la nature et un système de droit large où chaque citoyen, chaque entreprise, des collectivités territoriales vont pouvoir défendre directement la nature en justice. “C’est actuellement le cas d’un projet qui vise à reconnaître les droits de la Grande barrière de corail en Australie et qui prévoit justement différents projets de loi qui feraient que si ces lois étaient adoptées, chaque citoyen pourrait aller devant les tribunaux et protéger la nature“, détaille Nicolas Blain.

Franceinfo est partenaire de la consultation “Agissons ensemble pour l’environnement” avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here