This post was originally published on this site
https://www.francetvinfo.fr/image/75no4mfz9-289d/500/281/20428869.png
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Si chaque combat est différent, ils agissent tous pour une cause commune : préserver la planète. “Nous vivons tous sur une même planète et nous disparaîtrons tous si nous ne faisons rien“, souffle Mundiya Kepanga.

1Amandine Mawalum Galima (Kali’na)

Son combat : empêcher l’ouverture de la méga-mine Montagne d’or, un projet suspendu mais pas abandonné. “Il y a eu énormément de manifestations depuis le début des débats publics“, salue Amandine Mawalum Galima. Selon elle, il y a eu une prise de conscience de la population. “En termes d’environnement, ce sera un vrai désastre“, déplore-t-elle avant d’ajouter : “Dans l’histoire de l’humanité, on n’a jamais entendu parler d’une mine propre.”

2Mundiya Kepanga (Papou)

Son Combat : lutter contre le réchauffement climatique qui touche son village. Mundiya Kepanga explique que des arbres se dessèchent et meurent, que des plantations sont attaquées par de nouveaux parasites ou encore que les rivières et les sources d’eau potable sont taries. “Il y a moins de pluie“, précise-t-il.

3Sheila Watt-Cloutier (Inuit)

Son combat : faire valoir le “droit au froid”. Sheila Watt-Cloutier défend la culture inuite comme une culture fondée sur la glace, la neige et le froid. “Pour nous, il faut qu’il fasse vraiment froid, qu’il gèle, pour pouvoir prospérer.” Sheila Watt-Cloutier continue en mentionnant les animaux sauvages, la chasse ou tout simplement leur mode de vie qui sont “affectés et détruits”.

Notre droit à la santé, notre droit à une nourriture saine, notre droit à la culture, notre droit à l’éducation, notre droit à des logements sûrs… Toutes ces choses sont impactées par les changements climatiques“, souffle-t-elle. 

4Geovani Krenak (Krenak)

Son combat : obtenir justice suite à la rupture d’un barrage minier au Brésil. La rupture de ce barrage a provoqué le rejet de plusieurs produits toxiques dans le fleuve.

5Casey Camp Horinek (Ponca)

Son combat : lutter contre l’extraction polluante d’hydrocarbures. “Chez moi, ces dernières années, il y a eu cinq épisodes de mortalité de poissons dans la rivière qui traverse notre communauté directement dûs à la fracturation hydraulique et aux puits d’injection“, explique-t-elle.

Franceinfo est partenaire de la consultation “Agissons ensemble pour l’environnement” avec Make.org. Si vous souhaitez y participer, vous pouvez proposer vos idées et voter sur celle des autres participants dans le module ci-dessous.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here