This post was originally published on this site
https://www.francetvinfo.fr/image/75nme3y0v-3c04/500/281/20206021.jpg

Vue de Copenhague (Danemark).Vue de Copenhague (Danemark). (Léa Bourdillat)

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Copenhague accueille en ce moment la réunion des maires du C40, les grandes villes engagées pour le climat. La capitale danoise a annoncé mercredi 9 octobre avoir réduit ses émissions de gaz à effet de serre de 60% en dix ans. C’est grâce à des actions dans les transports, le chauffage mais aussi l’alimentation qu’elle compte devenir neutre en carbone.

Copenhague a un “serpent cyclable”, une véritable autoroute à vélo qui traverse la ville. Les cyclistes y sont rois : les feux de circulation se synchronisent sur leur vitesse pour faire attendre les voitures au carrefour, les hôtels ont des vélos à disposition pour leurs clients. Aujourd’hui, la moitié des deux millions d’habitants de son agglomération se déplace à vélo. Mais la ville a aussi investi dans de nouvelles lignes de métro, dans des couloirs de bus. D’ici cinq ans, les seuls véhicules motorisés seront électriques, à hydrogène ou aux agro-carburants.

Dans la capitale danoise, 90% des bâtiments sont connectés au chauffage urbain. C’est un lévier très efficace pour baisser les émissions de CO2. Il faut dire que dès l’an 2000, les nouveaux immeubles, puis les anciens, ont eu l’obligation d’être reliés à ce réseau. Au départ, Copenhague dépendait du pétrole, du gaz et même du charbon pour son chauffage, mais aujourd’hui la chaleur est amenée dans les appartements et les maisons par des chaudières au bois, des pompes à chaleur avec de la géothermie. Quand, en plus, l’électricité est produite par des énergies renouvelables, comme des éoliennes offshore, le bilan carbone de la ville s’en trouve considérablement réduit. Et quand il fait -24°C l’hiver, mieux vaut chauffer son intérieur…

Comme treize autres villes membres du C40, l’association des maires des grandes villes engagées pour le climat, Copenhague s’engage aujourd’hui pour une alimentation plus saine. Ces villes servent 500 millions de repas par an dans les cantines scolaires, les hôpitaux ou à leurs fonctionnaires. Elle veulent réduire de 50% le gaspillage alimentaire d’ici dix ans et vont réduire la viande dans leur menu à 16 kilos par an, tout en augmentant les protéines végétales comme les pois ou les graines. Si Copenhague peut être exemplaire, c’est aussi parce que le gouvernement central du Danemark est assez raccord avec ses ambitions climatiques. Le maire de Los Angeles, Éric Garcetti, qui vient de prendre la suite d’Anne Hidalgo à la tête du C40, le dit : “Les villes peuvent faire la moitié des efforts pour le climat, mais il faut aussi aujourd’hui que les gouvernements les aident pour faire plus.”

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here