This post was originally published on this site
https://images.radio-canada.ca/q_auto,w_635/v1/ici-premiere/16x9/recyclage-bouteille-verre-2.jpg
Photo d'une personne mettant une bouteille en verre dans un bac de recyclage.

Le centre de tri de la Ville de Québec récupère tout le verre déposé dans les bacs à recyclage.

Photo : iStock

Fanny Samson

Alors que la majorité du verre se retrouve dans les sites d’enfouissement de la province, la totalité provenant des bouteilles ou contenants déposés dans un bac de recyclage de la Ville de Québec est recyclée.

Chaque contenant de verre qui arrive au centre de tri de Québec est traité avec des équipements qui sont à la fine pointe de la technologie avant d’être envoyé chez Bellemare Environnement, un recycleur situé à Trois-Rivières.

Ils vont en faire des abrasifs, ils vont faire du sable de filtration de piscine, par exemple , du jet de sable… C’est ça que devient le verre de Québec, précise le chef d’équipe des matières résiduelles à la Ville de Québec, Mathieu Fournier.

Toutefois, le verre déposé dans le bac à recyclage ne subit pas le même sort dans toutes les municipalités. D’après des données de Recyc-Québec, le taux d’acheminement aux fins de recyclage du verre n’était que de 28 % en 2018.

On est dans une autre ligue.  […] On est un des centres les plus avancés au Québec, voire le plus avancé, ajoute M. Fournier.

La centre de tri de Québec est l’un des cinq centres qui participent au plan Verre l’innovation d’Éco Entreprises Québec. Le but est de moderniser les installations pour permettre « le recyclage de 100 % du verre ».

Mathieu Fournier au centre de tri.

Le chef d’équipe des matières résiduelles à la Ville de Québec, Mathieu Fournier

Photo : Radio-Canada

La consigne du verre

La Ville de Québec voit d’un bon œil l’implantation d’un système de consigne des bouteilles de vin.

Plus tôt cette semaine, à l’occasion de la commission parlementaire qui se penche sur le recyclage et la valorisation locale du verre, la SAQ s’est aussi montrée ouverte à l’idée.

Il y a quelques années, on est allé voir à l’incinérateur s’il reste du verre et il y a encore des quantités astronomiques de verre. Il y a encore, malheureusement, des commerçants, des restaurateurs, mais aussi des gens qui mettent le verre aux poubelles, déplore Mathieu Fournier.

Il est d’avis que la consigne permettrait de réduire le nombre de verre jeté.

Selon lui, les plus petites villes peuvent aussi profiter d’un système de recyclage bonifié par un système de consigne de bouteilles de vin.

Je le répète, même s’il y a une consigne, il va nous rester du verre qui nous sera acheminé. Si on travaille sur les deux fronts, travailler en amont pour aller chercher la bouteille, on peut faire des produits à valeur ajoutée et s’assurer que 100 % du verre est acheminé vers un recycleur.

Il souligne que le coût pour les citoyens de Québec pour éliminer du verre jeté à la poubelle est 18 fois plus élevé que le coût pour le recycler.

Avec les informations de Pierre-Alexandre Bolduc et d’Audrey Paris

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here