This post was originally published on this site
https://www.francetvinfo.fr/image/75nj5dcsk-5d0a/500/281/19869349.png

1Le sel

Selon une étude coréenne portant sur 39 marques de différents pays, 90 % des marques de sel contiennent des traces de micro-plastiques. Les plus fortes concentrations provenaient de sels de pays d’Asie où sont rejetées d’importantes quantités de plastique dans l’océan. En se basant sur cette étude, Greenpeace affirme qu’un adulte consomme en moyenne chaque année 2000 particules de micro-plastique à travers le sel.

2Le corail

Plus de 11 milliards d’objets en plastique sont empêtrés dans des récifs coralliens rien que dans la région Asie-Pacifique. Le phénomène touche aussi des espèces des profondeurs : confronté au plastique, l’espèce Lophelia pertusa croît plus lentement et s’alimente plus difficilement.

3Les “plasticroûtes”

C’est une forme de pollution plastique inédite observée récemment sur l’archipel portugais de Madère. Il s’agit de particules plastiques issus de différents débris qui forment des couches incrustées dans la roche. Les chercheurs les ont baptisées “plasticrusts”. Selon eux, elles pourraient être ingérées par les invertébrés marins qui vivent sur ces rochers.

4Nids d’oiseaux

Sur les Îles Abrolhos, à l’ouest de l’Australie, 10 % des nids de Noddi marianne contiennent des débris plastique. Chez des espèces plus grosses comme le Balbuzard pêcheur, près de 100 % des nids observés sont touchés. Le fou brun, présent dans l’hémisphère sud serait également touché. “Sur certains sites, tous les nids contenaient du plastique, tandis que sur d’autres, aucun n’en contenait. Cela implique que les oiseaux réagissent à la quantité de plastique disponible localement“, explique Alex Bond conservateur au Musée d’Histoire Naturelle de Londres.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here