This post was originally published on this site
https://www.francetvinfo.fr/image/75ng20lok-d99e/500/281/19593045.jpg

Les spécialistes sont inquiets de la fonte rapide des glaciers ces derniers jours. 

#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

“Les fortes chaleurs ont un impact direct sur la fonte des glaciers”, estime Christian Vincent, ingénieur de recherche au CNRS à l’Institut des géosciences de l’environnement à Grenoble, invité de franceinfo jeudi 27 juin. La montagne n’échappe pas à la canicule et des températures positives ont été mesurées mercredi 26 juin sur le Mont-Blanc.

franceinfo : Ces températures positives au sommet du Mont-Blanc, est-ce exceptionnel ?

Christian Vincent : Exceptionnel, c’est difficile à dire car on a très peu de mesures sur le long terme à ces altitudes-là. Parfois, les températures peuvent être surestimées. Néanmoins, on peut dire sans ambiguïté que les relevés des températures de ces derniers jours sont impressionnants.

À quel point est-ce inquiétant ?

La nuit dernière, on a enregistré une température de 2° à l’observatoire Vallot, situé à 4 360m d’altitude sur l’arête qui conduit au sommet du Mont-Blanc. Ces chaleurs ont un impact direct sur la fonte des glaciers. Les conséquences sont considérables car la fonte peut atteindre plus de 10 cm de neige ou de glace par jour à 2 200 m d’altitude. Si jamais cela dure dix jours, cela fait un mètre de fonte. Depuis l’an 2000, on voit que la fonte s’est accélérée car les glaciers des Alpes perdent un mètre d’épaisseur par an.

La fonte des glaciers s’accélère, est-ce irréversible ?

Si l’on fait une projection sur l’avenir avec des scénarios climatiques définis par des météorologues, effectivement nous ne sommes pas optimistes. Ces projections conduisent à une disparition à terme des glaciers. Par exemple, le deuxième plus grand glacier des Alpes françaises devrait disparaître d’ici 2080.

Cette fonte des glaciers représente-t-elle un risque pour les zones habitées ?

Cela peut présenter un risque. Au-dessus de 3 800 m d’altitude, les glaciers sont normalement à température négative, mais à cause du réchauffement de l’atmosphère, cette température interne augmente. Et cela peut avoir des conséquences sur l’instabilité du glacier. Cela peut provoquer des avalanches de glace très conséquentes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here