→ La version française est ci-dessous.

 

Sodeh Hamzehlouyan, co-chair of the AMAP Ile-de-France network in France, gives her point of view during an interview with OpenTeam, a climate solution accelerator.

 

Can you explain to us what is the AMAP network?

It is the federation of “Associations for the Maintenance of Peasant Agriculture” (Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne – AMAP in French). We connect a group of consumers with a local farm that is socially equitable and ecologically sustainable, with the aim of supplying food directly to consumers. Consumers commit to pay in advance for all of their consumption over a defined period and the producer commits to distribute their produce directly to the consumer without going through an intermediary.

 

What do you think is the future of organic farming?

French agriculture is at a crossroads: more than a third of farmers (both conventional and organic) earn less than 350 € / month, there are many cases of farmer suicides, and conventional farmland (non-organic) represent 93% of France’s farmland. There is therefore much room for improvement to develop organic farming! And organic farming is what the French want.

The problem is that it is very difficult to convince conventional farmers to switch to organic farming because of their habits and a “certain idea of ​​agriculture” that is hard to adjust. The idea of agriculture has been separated from food and organized as an independent island. But agriculture is what we eat. We work to bring agriculture (what is produced and how is it produced?) and food (who do you sell to? and what do we eat?) together.

The next challenge lies within the production model: if a farmer produces one or two crops on a large piece of land, even labeled organic, the biodiversity of the farm will be less developed than on a permaculture* micro farm. The farmer must take everything into account before considering a conversion and it can be discouraging.

It takes a lot of work to process the change. Often in farming families, there is a new generation taking over management of the farm. It is at this moment that the production model and techniques change.

*Permaculture is a systemic and holistic approach to the design of human cultures, habitats and farming systems using ecological principles and the knowledge of traditional societies to replicate the diversity, stability and resilience of natural ecosystems. More info here).

 

In your opinion, what are the obstacles for farmers to convert to organic farming?

First, there is resistance related to habits and production patterns. When you have 100 hectares and you retire, getting 20 buyers for your land is very difficult. Who can you turn to? In France, the farmer has to connect with local associations such as Terre de Liens, the AMAP network, the Grouping of Organic Farmers, Champs des Possibles. This process takes time.

Then, it takes 3 years to obtain the “organic farming” label: what can the farmer do during these 3 years? In my opinion, the government should subsidize farmers during these transition years. And also to avoid finding themselves left alone, the agricultural unions must support the farmers during the transition.

Despite this, due to increasingly frequent weather events and catastrophic harvests, farmers are more likely to turn to organic. But this is still too slow.

So what should be done to persuade more farmers to convert to organic?

Strategic, economic and agricultural support is needed. This is what we propose in the AMAP Ile de France network.

Ideally, we need to create stronger relationships between the different actors (Regions, Driaaf, Chambers of agriculture, agricultural unions, local associations) to convince farmers to convert to organic farming.

We need to have a strategy focused on a specific scope: for example, targeting all the farmers who are retiring, or the farmers / milk producers who can’t cope financially anymore.

But alongside the conversion of farms to organic, more and more people have been developing (since the 1970s) micro-farms on a human scale. These are complementary solutions to organic production.

 

Who do you bring support to, more specifically?

With ABIOSOL, we support in priority “neo-farmers” (newcomers going back to rural areas to make a sustainable living out of farming) who do not find institutional support from the chambers of agriculture and traditional circuits. We have made the choice to work with them,  rather than trying to convert existing conventional farmers in the first place, because that will require much more resources to organize all the extra meetings, awareness days and experience-sharing sessions that are required, and which must be done with farmers who have already transitioned from conventional to organic.

 

In your opinion, could micro-farms help feed the population?

In France, there would be enough agricultural land to feed the entire population locally with small farms. But this requires reviewing our production system: micro farms for local consumption – or large farms for export. We should increase the share of land dedicated to organic, which is only 7% today. Farms tend to grow, or else to disappear in France, because French agriculture is exported. Entire regions are mainly export-oriented: Ile de France or Aquitaine for example. The trend is too oriented towards intensive monoculture of wheat or wine for export because it pays more, while the Parisians and French want to eat organic and local food. The “vegetable belt” of Ile-de-France has almost disappeared, and this is why we are working to recreate it.

Today in the world, micro farms represent 90% of farming (source: Grain, more info here). The FAO reports that small farms feed the world still today, and can produce up to 2 times more, but the farmland used by these micro farms is shrinking. We therefore need to support them and fight against concrete-building projects that replace micro farms. Unnecessary climate-harming real estate projects continue to be created, but the priority should be the preservation of farmland.

 

Based on your experience as co-chair of the AMAP network of Ile-de-France, do you see an increase in the number of producers and future producers that turn to permaculture?

As the term “permaculture” becomes fashionable, some curious farmers are wondering how to do permaculture, when in fact they are already doing it! There is a misunderstanding of the term “permaculture”: many people think that a whole set of processes must be followed to do permaculture farming (like using horses for example), whereas “just” producing in a way that respects the soil is already doing permaculture. So I would say, many farmers in the AMAP network are already using permaculture techniques. We need to be careful to explain well what permaculture is, especially for future producers who want to start.

 

If I want to build my permaculture farm in France, how can I do it concretely ?

For a new-farmer to start a permaculture micro farm, I recommend to turn yourself to small associations that offer training at reasonable prices. ABIOSOL for example, supports new organic farm projects in Ile-de-France from the beginning to the end, in partnership with Terre de Liens Ile-de-France (for the acquisition of land), the grouping of organic farmers of Ile-de-France (for the technology), the cooperative Champ des Possibles Ile-de-France (to find incubating farms for support and training) and the network AMAP Ile-de-France (to connect the farm to fellow project holders). To understand the stakes and be serious in launching your permaculture farm, you need a real commitment to the process,  which can last from 1 to 3 years.

 

What is the optimal surface to start a permaculture micro farm?

Permaculture micro farming is best on small areas (about 1 hectare, or 2.5 acres).

 

What is, according to you, THE key condition for success to start a permaculture micro farm?

The biggest success factor is to have a network of producers you can count on in case of a problem. Being able to refer to someone in case of issues, like pest invasions for example (books are not always enough to explain how to go about it!).

 

In conclusion, what advice would you give to those who want to embark on the creation of a permanent micro farm?

You need to think about the type of production you want to do, because that will determine the distribution model. Let’s say you have 20 hectares of carrots, you will be able to easily  sell them at a large centralized market (like Rungis in France) even after you switch to organic. But for a farmer who starts a small production in permaculture from scratch, they will have to plan to sell the products in short circuits, and will need to be supported in the process. I recommend to meet and discuss with different people (fellow farmers, support organizations, etc) as much as possible to compare points of view and refine the project.

 

By Lydia Thierus

 

 

 

***************************** Version française ****************************

Sodeh Hamzehlouyan, co-présidente du réseau des AMAP Ile-de-France nous explique son point de vue lors d’un entretien avec OpenTeam, accélérateur de solution pour le climat.

 

 

Tout d’abord, peux tu nous expliquer ce qu’est le réseau des AMAP?

C’est la fédération des Associations pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne (AMAP). Nous mettons en relation un groupe de consommateurs et une ferme locale socialement équitable et écologiquement soutenable, dans le but de fournir des denrées alimentaires directement aux consommateurs. Les consommateurs s’engagent à payer à l’avance la totalité de leur consommation sur une période définie et le producteur à distribuer directement sa production au consommateur sans passer par un intermédiaire.

 

Selon toi, quel est le devenir de l’agriculture biologique ?

L’agriculture française est à la croisée des chemins : plus d’un tiers des agriculteurs (conventionnels et bio tous confondus) gagnent moins de 350 €/mois, les suicides d’agriculteurs sont nombreux et la part des surfaces conventionnelles (non biologiques) dans la Surface Agricole Utile est de 93%. Il y a donc une grosse marge de progression pour l’agriculture biologique ! Et l’agriculture biologique est ce que les français veulent.

Le problème est qu’il est très difficile de convaincre des agriculteurs en conventionnel de passer à l’agriculture biologique à cause de leurs habitudes et d’une “certaine idée de l’agriculture” dont il est difficile de se défaire. L’agriculture a été séparée de l’alimentation et s’est organisée en îlot indépendant. Or, l’agriculture est ce que nous mangeons. Nous travaillons à rassembler l’agriculture (qu’est ce qu’on produit et comment produit-on ?) et l’alimentation (à qui vend-on ? et que mange-t-on ?).

Ensuite, vient le sujet du modèle de production, si on produit une ou deux cultures sur une grande surface, même labellisée bio, la biodiversité de la ferme sera moindre que sur une micro ferme permacole*. On doit donc tout prendre en compte avant d’envisager une conversion et ça peut être décourageant.

Cela demande beaucoup de travail d’accompagnement au changement. Souvent quand dans une famille agricole, il y a une nouvelle génération qui reprend les rennes de l’exploitation, c’est là que les modes de production et le modèle de production changent.

*La permaculture est une méthode de conception systémique et holistique de cultures, de lieux de vie et de systèmes agricoles humains utilisant des principes d’écologie et le savoir des sociétés traditionnelles pour reproduire la diversité, la stabilité et la résilience des écosystèmes naturels (plus d’infos ici).

 

D’après toi, quels sont les freins à la conversion à l’agriculture biologique ?

Tout d’abord, il y a des résistances liées aux habitudes et aux modèles de production. Quand on a 100 hectares et qu’on part à la retraite, aller chercher 20 repreneurs pour son terrain est très difficile. A qui s’adresser ? Il faut aller voir les associations locales comme par exemple Terre de Liens, le réseau des AMAP, le Groupement des Agriculteurs Biologiques (GAB), Champs des Possibles,… ! Mais cela demande du temps.

Ensuite, cela demande 3 ans pour obtenir le label “agriculture biologique” : du coup que fait-on pendant ces 3 années ? Selon moi, il faudrait que l’Etat subventionne les agriculteurs pendant ces années de transition. Et aussi pour qu’ils ne soient pas laissés seuls, les syndicats agricoles doivent les aider à changer.

Malgré cela, en raison des événements climatiques de plus en plus fréquents et des récoltes catastrophiques, les agriculteurs sont plus enclins à se tourner vers le bio. Mais cela est encore trop lent…

 

Et du coup, que faudrait-il faire pour amener plus d’agriculteurs à se convertir au bio?

Un accompagnement stratégique, économique, et agricole est nécessaire. C’est d’ailleurs ce que nous proposons au sein du réseau des AMAP Ile de France.

Idéalement, il faudrait avoir une synergie entre les différents acteurs (Régions, Driaaf, chambres d’agriculture, syndicats agricoles, associations locales) pour réussir à convaincre les agriculteurs à se convertir à l’agriculture biologique.

Il faut avoir une stratégie ciblée : cibler tous les agriculteurs qui partent à la retraite par exemple ou les éleveurs / producteurs de lait qui ne s’en sortent plus.

Mais à côté de la conversion d’exploitations agricoles au biologique, se développent de plus en plus (depuis les années 70) des “micro-fermes” à taille humaine, qui sont une solution complémentaire à la production du bio.

 

Qui accompagnez-vous, plus spécifiquement?

Avec ABIOSOL on accompagne prioritairement les “néo-paysans” (les familles qui retournent dans les zones rurales pour vivre d’une agriculture durable) qui ne trouvent souvent pas de réponse institutionnelle dans les chambres d’agriculture et les circuits “classiques”. Nous avons fait ce choix en premier lieu plutôt que de se consacrer à essayer de convertir les agriculteurs en conventionnel déjà en place, car cela demanderait d’organiser beaucoup plus de rencontres, journées de sensibilisation et journées de partage d’expériences à faire par des agriculteurs qui ont déjà opéré leur mue pour que l’information passe mieux, ce qui prendrait énormément de temps et ressources.

 

Selon toi, les micro fermes pourraient-elles permettre de nourrir la population ?

En France, on aurait suffisamment de surface agricole pour nourrir localement toute la population avec des petites fermes. Mais cela impose de revoir notre système de production: micro fermes pour consommation locale ou grandes exploitations pour l’export. Il faudrait augmenter très fortement les 7% de SAU (Surface Agricole Utile) en bio.  Les exploitations ont tendance à s’agrandir et sinon à disparaître en France car l’agriculture française est exportée. Des régions entières sont majoritairement tournées vers l’export : l’Ile de France ou l’Aquitaine par exemple. On se tourne trop vers la monoculture intensive de blé ou de vignes pour l’export car cela rapporte plus, alors que les franciliens et les français veulent manger du bio et du local. La ceinture maraîchère d’Ile-de-France a quasiment disparu, ce pourquoi nous travaillons à la recréer.

Aujourd’hui, dans le monde, les micro fermes représentent 90% des exploitations agricoles (source: Grain, plus d’info ici). La FAO précise que les petites fermes nourrissent majoritairement le monde encore aujourd’hui, et qu’elles peuvent produire jusqu’à 2 fois plus, mais les surfaces agricoles utilisées par ces micro fermes se réduisent. Il faut donc les préserver et lutter contre la bétonnisation qui remplace les micro-fermes. Des projets immobiliers climaticides inutiles se créent, or la priorité doit être la préservation des terres agricoles.

 

D’après ton expérience en tant que co-présidente du réseau des AMAP d’Ile-de-France, constates-tu une augmentation du nombre de producteurs et futurs producteurs se tournant vers la permaculture ?

Comme le terme “Permaculture” devient à la mode, certains paysans curieux se demandent comment faire de la permaculture pour s’y mettre alors qu’en fait, ils en font déjà ! Il y a une incompréhension sur le terme “permaculture” : beaucoup pensent qu’il faut respecter tout une liste de processus pour faire de la permaculture (comme produire avec des chevaux par exemple), alors que “juste” produire en respectant les sols c’est déjà faire de la permaculture. Donc je dirais, beaucoup de paysans en AMAP produisent déjà en utilisant des techniques permacoles. On doit veiller à bien définir ce qu’est la permaculture, en particulier pour les futurs producteurs qui veulent s’installer.

 

Si je veux monter ma ferme permacole en France, concrètement comment je m’y prends ?

Pour démarrer un projet de micro ferme permacole pour des néo-paysans, je conseille de se tourner auprès de petites associations qui proposent des formations à des prix raisonnables. ABIOSOL par exemple, accompagne de bout en bout les projets d’installation pour une agriculture biologique en Ile-de-France en partenariat avec Terre de Liens Ile-de-France (pour l’acquisition de terres), le groupement des agriculteurs Biologiques d’Ile-de-France (pour l’apport de technique), la coopérative le champ des possibles d’Ile-de-France (pour trouver des fermes couveuses pour suivre le porteur de projet et le former) et le réseau des AMAP Ile-de-France (pour mettre en relation le porteur de projet avec un groupe d’amapien·ne·s). Pour comprendre ce qu’implique une exploitation permacole et se lancer de façon sérieuse, il faut un vrai suivi qui peut durer de 1 à 3 ans.

 

Quelle est la surface optimale pour démarrer une micro ferme permacole ?

Les micro fermes permacoles sont plutôt faites pour des petites surfaces (1 hectare environ en France)

 

Quel est d’après toi, LA condition de réussite ?

La nécessité d’avoir un réseau de producteurs sur qui se reposer pour les micro fermes permacoles pour être aidé en cas de problème. Pouvoir s’adresser à quelqu’un en cas d’invasions de nuisibles par exemple (les livres ne suffisent pas pour savoir comment s’y prendre!).

 

Pour conclure, quel conseil donnerais-tu à ceux qui veulent se lancer dans la création d’une micro ferme permacole ?

Il faut réfléchir au type de production qu’on veut faire, car cela conditionnera le modèle de distribution : si j’ai 20 hectares de carottes, je vais pouvoir aller les vendre à une grande centrale telle que Rungis, et donc si je veux passer à l’agriculture biologique, je n’ai pas besoin d’un accompagnement,je vais toujours réussir à les vendre à Rungis. Alors que celui ou celle qui démarre une petite production en permaculture, il faudra qu’il ou elle s’organise pour vendre ses produits en circuits courts et donc il ou elle aura besoin d’être accompagné.e. Je conseille d’échanger un maximum avec différents acteurs pour comparer les points de vue et affiner son projet.

Lydia Thierus
After a career as a statistical researcher in several French ministries, Lydia decided to devote herself to environmental issues. She is involved as a volunteer with several changemaker organizations, including Open Team, where she uses her expertise to successfully develop the Scale School replication program - based from Paris.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here